Le nouveau site

Regard au Pluriel
Le nouveau site

Photo  Christine Bauer

Ce n’est pas chose facile d’écrire un court texte pour présenter le nouveau contenu de REGARD AU PLURIEL et d’ailleurs je bannis toutes entraves et je vais faire un grand détour…

Mon enfance a été marqué par un sentiment « d’ailleurs » qui ne m’a jamais quitté. Je ne m’étendrais pas sur une enfance difficile et malheureuse, dans une étroite vallée en Suisse, un petit village entouré de très hautes montagnes, un village ou juste à côté la dernière sorcière d’Europe, Anna Göldin, a  été brulé sur le bucher et innocentée 226 ans plus tard. Cette histoire ainsi que les histoires très sombres de Jeremias Gotthelf’s « Schwarze Spinne » ont marqué mon imaginaire.

D’ailleurs la beauté de la nature que j’aime tant - déjà enfant je
ramenais des balades toutes sortes de plantes de la montagne qui
s’accumulaient devant ma fenêtre au grand désespoir de ma mère. Mais,
cette nature splendide et l’amour passionnel pour les animaux, déjà il y
avait les chevaux,  ne m’ont jamais enlevé ce sentiment d’oppression et
presque de crainte que je ressentais en présence de ces montagnes
puissantes.
On chuchotait, que dans mes ancêtres il y avait des
femmes étranges qui vivaient seules et qui connaissaient très bien les
plantes. Elles étaient craintes à cause de leur pouvoir de guérisseur.
C’était passionnant !

Mais, dans ces années là en Suisse ce qui était important (comme partout ailleurs) c’était de devoir « gagner sa vie », apprendre un métier et courber l’échine. Le fameux « travail boulot dodo » a brisé mes rêves et mes inspirations.
A 13 ans j’ai commencé à travailler, un apprentissage dans un bureau fiduciaire ou je pensais mourir d’ennui.  Je vous épargne les détails, ma carrière à Genève, mes études en Californie, ma vie à Zurich avec mes ami(e)s que je vois toujours, mes voyages, mon départ pour la Provence, ma formation de peintre, la rencontre de mon âme sœur, la naissance de ma fille Emma, voyages, rencontres  et projets que j’ai pu faire pendant ces dernières années…

Mais voilà… les ressentis qui m’ont accompagné sur mon chemin depuis mon enfance, une mélancolie profonde, un questionnement intarissable, une quête puissante ainsi qu’une passion immense pour la vie ne m’a jamais quitté.

 

 

Après toutes ces années de pressions constantes de part et d’autre et surtout de la société, je n’ai jamais réussi à me spécialiser, à choisir une passion plutôt qu’une autre, à faire taire mon intuition. Ma créativité dépendait tellement de mes états d’âmes, d’une saison, d’un lieu, d’une rencontre !

Ce qui émerge après toutes ces années ?  Une profonde compréhension du vivant et des liens qui réunissent le tout.

J’ai une chance immense de pouvoir vivre en communion étroite avec la nature, c’est elle qui me donne la force et qui me nourrit maintenant depuis que j’ai commencé à cultiver la terre. Les animaux, ma jument avec laquelle je vis depuis 10 ans m’ont  appris tellement de choses, une communication sans mot, le silence, la patience et l’observation. C’est tellement nourrissant !

Evidemment que cela influence mon travail artistique, mes créations, mes relations avec celles et ceux qui partagent ma vie et  qui on souvent du mal à comprendre où je me trouve.
J’ai un profond respect et une admiration sans borne pour la beauté et l’intelligence du vivant. Pour réduire mon impact sur la terre je suis devenue végétarienne, j’ai réduit mes consommations au plus stricte nécessaire, je suis en train de créer un petit sanctuaire pour protéger la biodiversité – je cultive un potager en permaculture ainsi que toutes sortes d’herbes aromatiques pour les tisanes et autres remèdes de « sorcière » ! Je plante une forêt comestible, des fleurs pour les insectes et j’ai crée une mare d’où émergent des amphibiens en voie de disparation et toutes sortes de créatures vraiment étranges. Je vis dans une très vieille maison en Provence. L’amour pour les matières, les tissus et la déco fait que je change mon intérieur à chaque saison.  Une grande passion, un petit budget m’a tout naturellement mené dans les brocantes. Je chine depuis si longtemps ! La création de ma boutique vintage online, une évidence qui me permet de vivre entourés des meubles et objets que je chine pour un temps. Ensuite je les revends pour faire profiter mes trouvailles à celles et ceux qui aiment s’entourer de belles choses anciennes à petit prix et indéniablement éco responsable. Vivre avec des objets qu’on aime, s’en détacher et partager

En gros REGARD AU PLURIEL c’est la vie, mes œuvres, le potager et le jardin, mon cheval, la maison et mon intérieur, les rencontres et lectures, la boutique vintage, l’école d’art et la revue électronique, mes quêtes et mon chemin. Je n’ai jamais su choisir une passion ou me spécialiser dans un domaine car chez moi, ça part dans tous les sens,  c’est ainsi que je suis.

Il y a juste un souffle, une brise qui réunit le tout…