Takagi Haruyama – peintre japonais

Takagi Haruyama, peintre japonais

Takagi Karuyama – peintre japonais

Takagi Karuyama – peintre japonais

 

 

 

Takagi Haruyama, peintre japonais

peinture – japon / époque d’edo / 1603 – 1868

Époque des samuraïs

 

 

 

« Vivre uniquement le moment présent, se livrer tout entier à la contemplation de la lune, de la neige, de la fleur de cerisier et de la feuille d’érable […], ne pas se laisser abattre par la pauvreté et ne pas la laisser transparaître sur son visage, mais dériver comme une calebasse sur la rivière, c’est ce qui s’appelle ukiyo. »

 

 


Takagi Karuyama – peintre japonais  Qui n’a pas été intrigués par la peinture de cet étrange lapin, lapin de lune, qui circule depuis quelques mois sur la toile …

J’ai fait des recherches et curieusement je n’ai absolument rien trouvé, aucune trace de ce peintre, aucune biographie, juste ces reproductions de peintures animalières qui sont tirées d’un manuel médical, daté de 1850. Vous ne trouvez pas que c’est étonnant? Je suis juste très surprise, qu’à l’ère de la toute puissante communication il reste encore des énigmes. Vous allez voir, ces représentations d’animaux sont extraordinaires –   merveilleusement interprétées,  étranges et étirées, comme  des images d’un monde flottant (ukiyo eshi).

Voici donc ce bestiaire extravagant…

tumblr_n4vc1nBXAX1rlobeho7_500 Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais Takagi Haruyama, peintre japonais


« Singulièrement, à travers le style des œuvres transparaît la vision hédoniste de la société des quartiers de plaisirs, son code esthétique élaboré, raffiné, sublimant ses fantasmes. Le thème se fond (se dissout) dans la nouvelle conception des surfaces et du trait en pleins et déliés. Les estampes ukiyo-e, caractérisées par la linéarité du tracé en arabesque, captant le mouvement d’une manière saisissante, la synthèse de la forme inspirée de l’idéogramme, les aplats de couleurs chatoyantes, les compositions asymétriques, décentrées, fragmentées, les vues plongeantes, les angles de vision insolites, les figures mouvantes aux contours ondulants, semblent se faire et se défaire, surgir de la feuille, n’être qu’un fabuleux reflet d’un monde évanescent… »

Ukiyo

« Il semble que ce soit la première fois qu’un essai d’explication de ce mot, devenu très courant, soit tenté en France. C’est vers 1665 que l’écrivain japonais Asai Ryôi (1612 ?-1691), dans la préface d’un ouvrage, Contes du monde flottant (Ukiyo monogatari), en avait donné un sens plus philosophique : « […] vivre uniquement le moment présent, se livrer tout entier à la contemplation de la lune, de la neige, de la fleur de cerisier et de la feuille d’érable […], ne pas se laisser abattre par la pauvreté et ne pas la laisser transparaître sur son visage, mais dériver comme une calebasse sur la rivière, c’est ce qui s’appelle ukiyo. » Puis le terme apparut, associé à la notion d’image, « e », dans une préface rédigée par Ankei, pour un livre illustré de Hishikawa Moronobu, images de guerriers japonais (Yamato musha-e), publié vers 1680 : l’artiste, considéré comme le fondateur de l’école ukiyo-e, était qualifié de peintre d’un monde flottant (ukiyo eshi) ; dans un autre livre, cette même année, l’expression « image d’un monde flottant » (ukiyo-e) fut utilisée. Par ailleurs, le dictionnaire Edogaku jiten indique que les premières occurrences du terme ukiyo-e seraient un recueil de haikai de 1681, Sorezoregusa, et la préface d’un livre illustré de Moronobu, de 1682, intitulé Ukiyo-tsuruk. »

 

extrait de L’apparition de l’ukiyo-e à l’époque d’Edo par Gisèle Lambert

 

 

tous droits réservés

Author

sfumato