Elie Faure

Rien que l’espace où les choses tremblent, se combinent et se dissocient, un monde de reflets que modifient, intervertissent, suppriment, multiplient les heures du jour et les saisons, une opale mouvante où les irisations de la lumière, à travers la poussière d’eau, interdisent de définir les couleurs et les lignes, font apparaître les formes mêmes comme des objets transitoires qui sortent sans arrêt de la matière en mouvement pour y rentrer et s’y refondre avant d’en ressortir.

Elie Faure

 

 

Paris © Christine Bauer

 

Paris © Christine Bauer

http://christinebauer.canalblog.com/

Author

sfumato

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.