Catégorie : Cinema

Andreï Tarkovski

Andreï Tarkovski

Andreï Tarkovski

 

 

 

Andreï Tarkovski

 

Andreï Tarkovski

 

Reflets de cinéma

Nouvelle rubrique sur Regard au Pluriel

 

Reflets de cinéma présente un panoramique sur le cinéma et vous offre un voyage entre les images grâce aux extraits de films que nous y présenterons. L’approfondissement filmique de courtes séquences permet de goûter à la diversité cinématographique et ainsi découvrir la virtuosité de certains réalisateurs.

 

Le cinéma pour moi, ce n’est pas du tout l’émerveillement devant l’image qui bouge. Mais la réverbération du son, le sentiment du temps, le compte à rebours, la fatalité. Peut-être la seule expérience de temps que j’étais capable de suivre avec une très bonne capacité de concentration, moi qui suis si dissipé de nature. Moi qui lis en diagonale, qui écoute rarement un opéra en entier. Le cinéma m’a donné cette discipline. Et raconté des histoires de compte à rebours, sur le principe : combien de temps reste-t-il avant le mot “fin” ? Autrement dit : quelles possibilités a-t-on pour inventer du temps ? Voilà. Pour moi, l’essence des grands films, c’est l’invention du temps. Serge Daney

 

 


Andreï Tarkovski

 

Offret | Le Sacrifice | Andreï Tarkovski | 1986

 

 

Reflets de cinéma

 

 

Sur une île suédoise, Alexander (Erland Josephson), lettré à la retraite, vit retiré avec son épouse anglaise (Susan Fletwood) et un enfant que tous appellent Petit Garçon. A l’occasion de son anniversaire, sa fille, un ami de la famille et Otto, le facteur de l’île (Allan Edwall) les retrouvent dans la spacieuse demeure du couple. Ce jour-là, une guerre mondiale éclate, plongeant ce petit groupe dans la panique. Alexander apprend d’Otto, un ancien instituteur qui ne livre désormais le courrier que pour financer ses recherches sur le paranormal, qu’il y a sur l’île une sorcière, à même de réaliser les désirs purs de chacun. Si Alexander, au fond de lui, vraiment, veut la paix, il l’obtiendra pour le monde entier. Cette sorcière n’est autre que Maria, la bonne de cette famille bourgeoise.

 

 

 

Mort jeune, à 54 ans, il est reconnu comme le cinéaste russe le plus important de la seconde moitié du XXe siècle et, plus largement, comme l’un des grands maîtres du septième art. Poète, philosophe, mystique, Andreï Tarkovsky se considérait comme un sculpteur de temps, investi, en tant qu’artiste, d’une mission envers Dieu : « Mes films ne sont pas une expression personnelle, mais une prière. »

 


 

 

 

Star Wars – La séance de Marty

Star Wars – La séance de Marty

 

 

Star Wars - La séance de Marty

 

Star Wars – La séance de Marty

 

 

Regard au Pluriel a toujours laissé de la place à toutes formes de créativité. Nous avons créé une nouvelle rubrique Cinéma qui a été inauguré avec le Cinéma Club – nous élargissons notre rédaction en invitant un critique de cinéma pas comme les autres.

Vous le savez certainement, toute une génération de 15 – 30 ans a trouvé grâce à internet un nouvel espace de créativité. Il s’agit bien évidement des blogeuses/blogueurs et youtubeurs ! Je sais de quoi je parle car ma fille a créé son premier blog à l’âge de 15 ans. Elle fait tout – photos, textes, stylisme, mise en page, DIY, recettes de cuisine etc ! Elle s’investie à fond et déploie une énergie créatrice phénoménale. D’ailleurs peu importe le sujet, c’est la création qui est le moteur. Cette ouverture est juste incroyable – c’est là que nous avons déniché une perle rare, en l’occurrence un critique de cinéma youtubeur.

 

Star Wars - La séance de Marty

 

J’ai un grand honneur de vous présenter Tom Marty, qui fera partie de l’équipe de Regard au Pluriel, rubrique Cinéma. Ce jeune homme est passionné de cinéma depuis toujours. Et voici qu’il a trouvé grâce à youtube une manière de se faire connaître, mais surtout de partager ses critiques et sa passion du cinéma. J’ajoute que son regard est absolument génial. Tout en suivant la mouvance youtube – il s’en extrait en même temps, reste fidèle à lui même et pointe avec humour, férocité et une sincérité extraordinaire les failles de l’industrie du cinéma. Il nous fait partager des émotions inédites en révélant des scènes que nous n’avons peut-être pas vues ou juste occultées. Il nous offre son grand savoir de l’histoire cinématographie de sa génération. Mais pas que…. il est un dessinateur hors paire et vous aurez la chance d’apercevoir ses créations dans son montage éblouissant. Une fois que le rideau se ferme sur la séance de Marty – nous avons découvert un nouveau film, un nouveau monde grâce à sa vision généreuse, précise et infiniment créatrice.

 

Star Wars - La séance de Marty

 

Et que le cinéma soit….

A bientôt
Christine

 

 

Première séance

Star Wars VII : Le Réveil de la Force


Biographie

Tom Marty, est un graphiste, illustrateur, critique et comédien, né le 21 novembre 1989 à Marseille. Il est le créateur de la chaîne Youtube « La séance de Marty » créée en avril 2015.

Il grandit et passe son adolescence dans les Alpes de Haute-Provence, où il découvre dès son plus âge le 7ème art avec les plus grands films tels que le Roi et L’oiseau, Star Wars, Brazil, etc…
Il commence ensuite à faire ses premiers dessins en s’inspirant des nombreux univers rencontrés au cinéma et y découvre une seconde passion.
Il se perfectionne à l’âge de 17 ans à l’école de communication visuelle et à l’INFA de Marseille.

En 2013, Tom s’installe à Paris et entre dans une école de théâtre professionnelle où il y découvre son amour pour les planches. Il écrit en parallèle ses différentes critiques de films qu’il publie d’abord sur Facebook.
Grâce aux retours positifs de son entourage et à l’intérêt porté par les lecteurs, il décide de viser un plus grand public en se lançant sur YouTube.

La Séance de Marty a permis à Tom de mettre en avant sa personnalité et de regrouper ses deux plus grandes passions.

 

 

Tous droits réservés
© La séance de Marty  © Regard au Pluriel 2016

 

Le Cinema Club

Le cinema club

Le ciNéMa Club

 

Avec l’aimable autorisation de Marie Louise Khondji

Regard au Pluriel a le plaisir de vous présenter

Le cinema club

Le ciNéMa Club

 

 

Marie -Louise Khondji, jeune productrice a lancé un projet très important qu’elle a imaginé seule :  LE CINÉMA CLUB, UNE SALLE DE CINÉ GRATUITE SUR LE WEB.

 

À PROPOS DE MARIE-LOUISE KHONDJI

Marie-Louise Khondji, titulaire d’un Master en Management de la Culture et des Médias (Spécialité Cinéma) à Sciences Po Paris, travaille dans la production et distribution cinématographique pendant huit ans. Elle est Productrice Associée de Mad Love In New York (réal. Josh & Ben Safdie, 2015) qui sortira en salles en Février 2016, de Simon Killer (réal. Antonio Campos, 2012), et du documentaire sur le groupe Phoenix From A Mess To The Masses (réal. Antoine Wagner & Francisco Sorriano, 2011). Elle travaille pour Celluloid Dreams (Distributeur international des frères Dardenne, Jacques Audiard, Jafar Panahi, Takeshi Kitano…) et la plateforme de films d’auteur Mubi, et en tant que Chargée du développement chez Iconoclast Films(Spring Breakers). Elle travaille aussi dans le monde de l’art en tant que Responsable des projets spéciaux et d’édition chez M/M (Paris). C’est en observant l’évolution du cinéma et de sa distribution à l’heure du numérique qu’elle imagine le format d’une nouvelle salle de cinéma en ligne. Son amour du septième art et sa volonté de le faire découvrir la pousse à fonder Le CiNéMa Club en 2015.

 

Le cinema club

DR

 

 

Le CiNéMa Club est un nouveau format de salle de cinéma en ligne. Il présente un seul film à la fois, à découvrir pendant une semaine, gratuitement. Le CiNéMa Club met en avant le cinéma indépendant: nouveaux talents, films rares et documentaires de choix. Le CiNéMa Club vous propose aussi des listes de films choisis par de grands cinéphiles. Le CiNéMa Club est basé entre Paris et New York mais regarde le cinéma du monde entier.

Le CiNeMa Club is a new form of online theater. It presents one film at a time, screening it for a week, for free. Le CiNeMa Club showcases gems from independent cinema — works of new directors, rare films, and selected documentaries. Le CiNeMa Club offers lists of films chosen by true cinephiles. Le CiNeMa Club is based between Paris and New York but has eyes on cinema from around the globe.

UNE SEMAINE, UN FILM / Chaque dimanche, Le CiNéMa Club présente un film à découvrir gratuitement pendant une semaine. Cette séance de cinéma, accessible en un clic, est accompagnée d’une introduction sur le réalisateur et le film.

UNE SÉLECTION RARE ET INATTENDUE / Avec un accent sur les nouveaux talents, Le CiNéMa Club présente des courts, moyens et longs- métrages, de jeunes réalisateurs ou de réalisateurs reconnus. La programmation du Cinéma Club mêle genres, formats, durées, années et nationalités. Ont déjà été diffusés des films d’Antonio Campos, Sean Durkin, Spike Jonze, Yorgos Lanthimos, Josh & Benny Safdie, Benh Zeitlin…

DANS LE CINÉMA CLUB DE… /La rubrique « Dans le cinéma club de… » invite réalisateurs et cinéphiles à partager une sélection de cinq films. Wes Anderson, Bertrand Bonello, Bong Joon Ho, Brady Corbet, Monte Hellman, Darius Khondji, Yorgos Lanthimos, Olympia Le Tan, Josh Safdie, Alex Ross Perry, Joachim Trier… font déjà partie du club.

REVOIR / Chaque film est disponible sur le site pendant une semaine. La rubrique Revoir permet de naviguer dans la programmation passée et indique où l’on peut acheter ou voir gratuitement le film en ligne. Certaines séances sont des exclusivités et ne pourront être revues en ligne.

UN CONCEPT INNOVANT  /Alors que de plus en plus de films sont produits, les sorties en salles se font plus courtes et rares. De nombreux films, de nombreux réalisateurs ont besoin de visibilité. Les films et contenus affluent sur le web, et le public recherchent des guides, des sélections. Le Cinéma Club met en lumière un film par semaine, dans une salle de cinéma en ligne et ouverte à tous.

UNE NOUVELLE EXPÉRIENCE DU CINÉMA EN LIGNE / Le design du site a été pensé pour que chaque film projeté et chaque réalisateur présenté soient mis à l’honneur, pour que cette expérience soit la meilleure pour le spectateur. Le Cinéma Club connecte les films, leurs cinéastes et le public sur un site dont l’élégance et le concept sont à la mesure du septième art.

Le cinema club

 

En ce moment dans le

Le cinema club

Du dimanche 24 avril au samedi 30 avril
Le CiNéMa Club vous présente

WHAT LIES BENEATH THE SKY

Un film de
Vladimir de Fontenay

Avec la voix de Chantal Akerman

Le Cinema Club

What Lies Beneath the Sky est un portrait de New York réalisé en Super 8 par Vladimir de Fontenay lors du passage de l’ouragan Sandy en 2012. La voix off est contée par Chantal Akerman, la grande cinéaste disparue à l’automne 2015. Le film fut sélectionné dans plusieurs festivals dont celui de Tribeca l’an passé.

Vladimir de Fontenay a fait ses études de cinéma à l’université de New York. Alors que Sandy s’apprêtait à frapper la ville, il décida d’aller filmer les rues désertes avec la caméra Super 8 et les bobines qui se trouvaient chez lui. Il y retourna le lendemain, enregistrant les dégâts causés par la tempête. Tandis qu’il filmait ces plans de Manhattan, de Brooklyn, de Rockaway et de Staten Island, un autre film que son professeur Ira Sachs venait de montrer en cours lui était à l’esprit : News From Home, réalisé par Chantal Akerman en 1977 et regroupant plusieurs plans séquences de New York au cours desquels la réalisatrice lit une correspondance entre elle et sa mère. Pendant le tournage, Vladimir de Fontenay rédigea un texte. Et au moment de chercher un narrateur, il imagina la voix de Chantal Akerman.

Derrière ces images personnelles se cache aussi la drôle de rencontre entre un jeune réalisateur et une cinéaste dont il admirait le travail. Il parvient à la contacter par le biais de la réalisatrice Marie Losier qui avait rédigé un dossier sur Chantal Akerman dans les Cahiers du Cinéma. Cette dernière mit un mois à répondre qu’elle le ferait avec plaisir. Cependant, enregistrer le texte prit plus d’un an : ils furent rarement dans la même ville au même moment et, lorsqu’ils prirent enfin rendez-vous, Akerman ne s’y rendit pas trois fois d’affilée. Vladimir était alors sur le point d’abandonner mais elle le retrouva le jour de son anniversaire. Elle lui donna de précieuses notes sur le montage du film puis ils passèrent l’après-midi à enregistrer la voix off. Ils n’eurent jamais l’occasion de se revoir. Akerman est décédée quelques mois après la première du film à Tribeca.

Puisque Vladimir ne pouvait enregistrer le son avec sa caméra Super 8, il a utilisé celui de vidéos d’ouragan et a demandé à ses amis du groupe Toys de faire la musique du film. Vladimir de Fontenay vient de finir le tournage de son premier film, tourné au Canada en langue anglaise et dont le rôle principal est interprété par l’actrice américaine Imogen Poots. Le film est adapté de Mobile Homes, son court-métrage présenté sur Le CiNéMa Club à l’automne dernier.

France, Etats-Unis – 2015 – 9 min
RÉALISATION : Vladimir de Fontenay – SCÉNARIO : Vladimir de Fontenay – PRODUIT PAR : Vladimir de Fontenay – IMAGE : Vladimir de Fontenay – MUSIQUE : Toys – MONTAGE : Jenn Ruff


 

Quelques films proposés en replay

Mobil Homes

de Vladimir de Fontenay

Mobiles Homes est un court-métrage réalisé par Vladimir de Fontenay pendant sa seconde année à la Tisch School of the Arts de l’université de New York. Il a tourné en 16 mm avec une équipe composée d’étudiants de sa promotion. Cette années là, ses professeurs sont Spike Lee et Todd Solonz. Le scénario est né de la combinaison de deux choses. C’est d’abord une image qui l’a marqué pendant des repérages – celle d’un camion tractant un mobile home. Celui lui a donné envie de raconter une évasion. Cette même année, il fait des recherches sur le trafic sexuel aux Etats-Unis auprès d’associations locales et rencontre des victimes qui s’en sont échappées. Il décide ainsi de raconter l’histoire d’une jeune américaine s’échappant d’un réseau de prostitution. Lors de sa diffusion en festivals (Clermont-Ferrand, SXSW, Seattle, Locarno..), on demande souvent à Vladimir de Fontenay ce qui arrivent aux personnages après la fin de son court-métrage. L’idée de développer la suite de l’histoire en long-métrage lui plaît et il en écrit le scénario qu’il va réaliser prochainement.

AVEC : Avec Alison Folland, David Call, Ash Devens, Emily Davis – SCÉNARIO : Vladimir de Fontenay – PRODUIT PAR : Tati Barrantes, Colin Whitlow – IMAGE : Pepe Avila del Pino – MUSIQUE : Victoria de la Vega – MONTAGE : Vladimir de Fontenay

Le cinema club

voir le film


Somewhere to Disappear

de Laure Flammarion & Arnaud Uyttenhove

 

—A l’occasion de Paris Photo, Le CiNéMa Club présente trois documentaires sur la photographie. Somewhere to Disappear est le premier de la série.—

Pour son projet de livre Broken Manual, le photographe américain Alec Soth a traversé les Etats-Unis à la recherche d’individus s’étant retirés de la société, échappant à la civilisation. Une idée qui le fascine et le séduit. L’ambition du livre est de constituer un manuel regroupant des conseils sur comment disparaître en Amérique. Les réalisateurs Laure Flammarion et Arnaud Uyttenhove ont suivit le photographe sur une période de deux ans, enregistrant ses rencontres insolites.
Laure Flammarion et Arnaud Uyttenhove partageaient l’envie de faire un documentaire sur Alec Soth. Lorsqu’ils le rencontrent pendant Paris Photo, il est d’abord retissant. Le photographe cherche lui-même à s’évader du monde avec ce projet – ce qui est plus compliqué si une équipe de tournage le suit. Mais le destin fait que les jeunes réalisateurs le croisent par hasard le lendemain, et Alec Soth, amusé de la coincidence, se laisse convaincre.
Somewhere to Disappear est à la fois un film envoûtant aux côtés d’un des plus grands photographes contemporains, et une précieuse série de portraits sur ces ermites modernes.
Alec Soth est représenté par la Gagosian gallery à New York et est un membre de Magnum Photos. Le travail d’Alec Soth s’inscrit dans la lignée des photographes tels que Walker Evans, Robert Frank et Stephen Shore.
Le film est produit par Sophie Mas (Frances Ha, Love Is Strange, Love, Mistress America, The Witch). AVEC : Avec Alec Soth – SCÉNARIO : Laure Flammarion & Arnaud Uyttenhove – PRODUIT PAR : Sophie Mas – IMAGE : Laure Flammarion & Arnaud Uyttenhove – MUSIQUE : L’Aiglon & Rob – MONTAGE : Benjamin Favreul

 

Le cinema club

voir le film


Le cinema club

SITE